Les sens du chien

Comme pour la grande majorité des animaux, le chien est doté de 5 sens : l’odorat qui est le sens le plus développé mais aussi l’ouïe, la vision, le toucher et le goût. Certains de ces sens sont beaucoup plus développés que d’autres. Ils déterminent sa façon de percevoir son environnement.

L’ouïe :

Chez le chien l’ouïe est 6 fois plus développé que chez l’homme. Il peut capter les fréquences comprises entre 15Hz et 40 000 Hz, voir 80 000 Hz chez certains individus, alors que l’homme capte seulement les fréquences comprises entre 20Hz et 20 000Hz. Le chien peut entendre un son à 25 mètres de distance tandis que l’homme seulement à partir de 4 mètres. On peut comparer l’oreille du chien à un radar car il capte les sons sous forme de vibrations. Le port d’oreilles à une incidence sur la performance. Plus le port d’oreilles est droit, plus le chien sera sensible aux bruits. Les races bergères et primitives sont donc championnes dans cette catégorie. Elles sont plus réactionnelles aux bruits, ce qui en fait d’excellents chiens de gardes. 

Le toucher :


C’est le premier sens qui se développe chez le chien. Certaines parties de son corps sont très sensibles, notamment les coussinets, la lèvre supérieure et la truffe car elles comportent de nombreuses terminaisons nerveuses appelées également corpuscules tactiles. Sur certaines de ces zones on y trouve des vibrisses (moustaches). Elles se situent principalement sur la face : sur les lèvres, le menton, le museau, les joues et au-dessus des yeux. Ces particularités lui permettent d’explorer le sol, mais aussi de ressentir les vibrations et les pressions.
Il peut notamment :
- ressentir les mouvements d’air autour de sa tête,
- participer à la prise de conscience de son propre corps et de pouvoir se mouvoir sans regarder ou il pose les pattes (proprioception/sens kinesthésique),
- détecter un objet à distance et en déduire sa composition ainsi que de calculer la distance qui le sépare de cet objet.
Une fois de plus le chien nous surpasse car il est capable de ressentir un tremblement de terre qui pourrait nous être totalement imperceptible.  

Le goût :


Le goût est le sens le moins développé chez notre compagnon. En effet le chien ne dispose que de 2000 papilles gustatives contre environ 10 000 pour l’homme ! mais heureusement l’odorat qui est extrêmement développé lui permet de compenser un peu la faible perception du goût des aliments qu’il peut ingérer. Comme nous il perçoit toutes les saveurs : le sucré, le salé, l’amer et l’acide, mais à des degrés différents. Il aurait d’autres récepteurs de goût spécifiques aux viandes et aux graisses, ce qui explique son attirance naturelle pour ce type d’aliments. Passez-le à une alimentation naturelle et il vous boudera les croquettes ! 

La vision :


Leur vue est différente de la nôtre. Leur champ visuel est plus grand que chez l’homme (+50% !) et selon la forme de la tête certains chiens peuvent avoir un champ beaucoup plus grand que d’autres. Les races à face plate dite « brachycéphale » ont le champ le plus large, il voit sur les côtés mais aussi derrière lui. Le chien ne discerne pas le même type de couleurs. Les couleurs et les contours sont moins nets et il voit mieux dans l’obscurité. Son spectre de vision (les couleurs) se limitent au jaune et au bleu. Ils ont une vision dite « monochromatique ». Il ne perçoit donc pas le rouge ! Grande particularité chez notre compagnon, il voit au ralenti ! Il peut décomposer le mouvement, ce qui en fait un être très rapide dans ses déplacements et sa gestuelle. Il est donc très sensible et réactif au mouvement même si celui-ci se produit à 1 km, par contre il ne distinguera pas un objet fixe à moins de 20 mètres. Faites un test, vous verrez c’est bluffant ! 


L’odorat : 


L’olfaction est de loin le sens le plus développé. En comparaison le chien possède plus de 200 millions de cellules olfactives tandis que l’homme en possède seulement 5 millions. C’est énorme ! La muqueuse olfactive est plus étendue (150cm3 contre 10 cm3 chez l’homme) et les récepteurs présents sont plus nombreux et plus efficaces. L’aire cérébrale (qui correspond à une zone du cerveau) est également plus grande et les neurones impliqués par cette aire sont 40 fois plus nombreux.
De plus le chien est doté d’un organe fonctionnel appelé « organe de Jacobson » qui est située derrière ses incisives et au-dessus du palais. Cet organe lui permet de détecter et de capturer les phéromones émis par ses congénères (les phéromones représentent la carte d’identité de celui qui les a déposées comme son âge, son sexe, ses émotions...). C’est donc un moyen de communication efficace. L’homme dispose aussi de cet organe mais il est comme atrophié, cela est certainement dû à son évolution.
Vous l’aurez compris le nez du chien est en action permanente !
Mais tous les chiens ne sont pas égaux. Comme pour l’ouïe il faut tenir compte de la forme de la face et notamment de la taille du museau. Si le museau est court, de type brachycéphale (boxer) le débit d’air sera plus faible ; ceux ayant un long museau de type dolichocéphale (lévrier) auront à l’inverse un débit important mais l’information sera plus lente à monter à l’étage olfactif ; ceux dont le museau est proportionnel à la taille du crâne (labrador par exemple) sont donc ceux qui ont l’olfaction la plus développée.
Il a été également prouvé que les chiens de couleurs noires ont un meilleur flair car il semblerait que la pigmentation noire des muqueuses favorise la capacité olfactive. 

Voilà, maintenant les sens de votre chien n’ont plus de secret pour vous ;)